Le programme pluriannuel de conservation - restauration de 131 objets en métal a débuté

Le programme pluriannuel de conservation - restauration de 131 objets en métal a débuté
Le programme pluriannuel de conservation - restauration de 131 objets en métal de la collection du musée est lancé : une mission forte portée par la Commune de Sanguinet et la DRAC Nouvelle Aquitaine. Le 4 décembre, le premier lot de 10 objets en métal a quitté le musée pour être pris en charge par l'équipe de conservateurs-restaurateurs du Laboratoire Materia Viva à Toulouse.

Les projets de restauration pour la bonne conservation et la valorisation des pièces archéologiques s’inscrivent dans les missions fondamentales des musées.

La conservation-restauration d’objets métalliques concerne un grand nombre de matériaux et de types d’objets. Les pièces en fer et en alliages cuivreux concernées par le programme de conservation-restauration du musée sont affectées par des oxydations. Si l’on considère le milieu humide dans lequel ont séjourné les pièces, l’eau représente un agent de corrosion important. Le recours à un traitement curatif contre les dégâts de l’eau et du temps permet de sauvegarder durablement leur intégrité afin de continuer à les exposer au musée.

La campagne de restauration du Musée du Lac est assurée par l’équipe du laboratoire Materia Viva

Materia Viva est un laboratoire agréé par le Service des musées de France auprès de la Fédération française des professionnels de la conservation-restauration, dans le respect du code déontologique de l'ICOM (The International Council of Museums). Un constat d'état de conservation et une étude diagnostique ont permis de définir très précisément les traitements à préconiser sur l’ensemble des objets concernés. L’objectif premier d’intervention consiste à stabiliser l'état d’altération afin de limiter les phénomènes d’oxydation. En effet, les métaux tendent plus ou moins à retourner à l’état de minerai sous l’action de l’oxygène, de l’air et de l’humidité ambiante. L’objectif second est de rendre de la lisibilité aux objets altérés par des opérations de nettoyage des produits d’oxydation qui masquent les surfaces.

La première phase du programme de restauration a débuté le 4 décembre avec le transfert en laboratoire d’un lot de 10 objets pour une période de 8 mois.

Des rapports techniques permettront de mettre en place une documentation photographique sur l’état avant, pendant et après l’intervention. L’avancée du projet sera relayée en ligne, en accord avec les restaurateurs du laboratoire qui disposent de droits de propriété intellectuelle sur les photographies réalisées lors de leurs interventions.

Aller plus loin

Nos partenaires         

DRAC Nouvelle Aquitaine - Copie
Laboratoire materia viva